Dernier billet

Las Vegas et l'Arizona

Après la cité des anges nous faisons escale dans la folle et délirante ville de Las Vegas. Ancrée dans une plaine désertique du sud du Nevada, Vegas est un immense parc d'attractions pour adultes. A nous donc la démesure de Sin City, la ville des péchés où tout, ou presque, est permis ! A nous les énormes buffets pour trois sous ! A nous les champagne-brunch, les hôtels de luxe à prix dérisoire et les spectacles de folie ! A nous les monstrueux hôtels-casinos du célèbre Strip (nom donné au Las Vegas Bvd) où il est vite arrivé de perdre sa dernière chemise au jeu. Le long de cette artère principale, sont réunis les plus impressionnants et imposants temples du jeu, tous fichés au hit-parade de la mégalomanie, du luxe et de l'extravagance. Arpenter le Strip revient à faire le tour du monde en ligne droite. De Paris à Venise en passant par Louxor et New-York, une vraie folie !

Voici un bref aperçu de ceux qui nous ont le plus fait triper :

The Venetian L'ensemble, très réussi, reconstitue donc la ville des amoureux. La place Saint-Marc, les canaux (ici 365 m de longueur tout de même) parcourus par de vraies gondoles (!), le palais des Doges, le pont des (derniers ?!) soupirs,... tout y est, sauf les pigeons !

Wynn L'établissement le plus luxueux du Strip. Son élégante sobriété détonne avec l'extravagance des autres casinos. C'est une grande vague en verre fumé très classe qui ondule au soleil. Thème simple pour ce casino : le luxe ! Petit plus, l'hôtel propose à ses hôtes un immense golf 18 trous (en plein désert ?!) rien que ça.

Bellagio Inspiré de l'architecture d'un petit village italien, arrive en tête de notre classement, ex-aequo avec le magnifique Venetian. Super classe sans en faire trop, cet établissement a su faire preuve de justesse, d'élégance et d'originalité. On apprécie ce bon goût qui va dans les moindres détails. Ocean's Eleven a été tourné ici, c'est pas pour rien. En plus, jolis jeux d'eau sur le mini lac (de 3.5 hectares !).

Paris-
Las Vegas

Petit retour aux sources où nous retrouvons nos classiques : la place de l'Etoile et son Arc de Triomphe, l'opéra Garnier, la gare d'Orsay, la façade de l'hôtel de ville et même notre bonne vieille Tour Eiffel (à demi-échelle tout de même). Il ne manque que la Seine pour que ce concentré du Paname de la belle époque ne soit complet. Dedans, de nombreuses ruelles parisiennes sont reconstituées. Un peu kitsch mais sympathique. On en profite pour retrouver quelques saveurs bien de chez nous en s'attablant à son buffet.

New-York
New-York
Premier né des hôtel-casinos à l'architecture démente, le New-York New-York, regroupant les plus belles tours de Manhattan, est superbe ! Le pont de Broadway et la Statue de la Liberté sont également de la partie. A l'intérieur on découvre de manière très colorée les quartiers de Broadway, Chinatown, Greenwich Village et Little Italy. Le casino quand à lui, représente le New-York Stock Exchange (la Bourse !). A faire : les montagnes russes qui zigzaguent dans l'ensemble. De nuit, du haut du Chrysler Building, on profite d'une chouette vue sur le Strip.

Excalibur Pour ses tours chevaleresques qui, la nuit tombée, apportent une touche féerique au milieu des néons tapageurs du Strip.

Luxor Ou l'Egypte pharaonique. Il s'agit ni plus ni moins de la reproduction (grandeur nature s'il vous plaît) de la pyramide de Gyzet, d'un sphinx et d'un obélisque. On y teste les ascenseurs inclinés à 40 degrés mais dommage ils ne sont pas vitrés. La nuit, du sommet de la pyramide, un puissant faisceau lumineux, visible depuis Los Angeles à 400 km, balaye le ciel étoilé du Nevada.

Sahara Le Sahara n'a rien de vraiment particulier (sauf peut-être sa piscine avec palmiers) si ce n'est de nous avoir permis de passer nos nuits vegassiennes dans une agréable grande chambre (lit super king size !) pour moins cher qu'une auberge de jeunesse.

Vegas c'est donc tous ces hôtels plus fous les uns que les autres mais c'est aussi toute une animation. Citons par exemple le Treasure Island pour son show des "Sirens of TI". Du grand spectacle où se mêle musique, danses et effets pyrotechniques au bord du Strip. Le bateau (un vrai !) des pirates affronte celui (un vrai aussi !) des sirènes. Ces dernières auront finalement le dessus en faisant couler (sous vos yeux !) le navire de leurs ennemis. C'est ça Vegas ! Citons également le Mirage pour son spectacle du volcan. Toutes les 15 minutes à la nuit tombée on peut y voir une véritable éruption volcanique avec fumées et flammes crachées par un volcan donnant sur le Strip. Sacrée Amérique ! Mais Vegas c'est aussi se montrer chic et cultivé. On a ainsi pu admirer une chouette expo (au Bellagio) des sculptures de Richard MacDonald sur le thème du Cirque du Soleil (qui présente pas moins de 6 spectacles à Vegas !). Top ! En parlant de culture, on s'est offert le spectacle du Crazy Horse au MGM Grand. On assiste à un effeuillage délicat mettant en valeur les charmes féminins. On sort rêveur et tout engourdis par ce délicieux songe. Dernière remarque, si vous passez par cette ville qui a su combler toutes nos attentes, filez au Ellis Island pour la meilleure offre du siècle. Pour 5 euros on vous servira une copieuse salade, un énorme steak avec purée et haricots verts, le tout arrosé d'une bière brassée maison (50cl !). Un conseil : mieux vaut être sérieusement affamé.

 

Après cette parenthèse de pure folie nous retrouvons la "vraie" vie, direction le célèbre Grand Canyon. Tant que l'on n'est pas juste au bord on ne voit rien. C'est donc avec un cri de surprise et d'admiration qu'on le découvre au dernier moment. Ce paysage est vraiment unique. Au milieu d'un vaste plateau ce large canyon, formé par l'eau, l'érosion et le temps, impressionne. Et encore une fois (comme beaucoup de choses ici) c'est immense. Nous restons ici quelques jours, non pour le sublime paysage (même s'il l'est), mais plus pour la connexion Internet gratuite de la petite bibliothèque du parc et ses deux ordis avec quasiment que nous pour les utiliser. Ça fait plaisir de retrouver un peu de technologie. Surtout qu'aux US, un pays pourtant développé, il est très difficile pour des baroudeurs comme nous de surfer sans se ruiner. Contrairement au Perou où on dégote pour quelques cents une connexion dans le moindre bled paumé, ici les possibilités sont rares et très coûteuses. Par contre le Wifi gratuit est partout. Quelle frustration ! On passe donc nos mâtinées sur la toile, contents de pouvoir écrire quelques mails. Un des seuls moyens qu'il nous reste de garder le contact et de communiquer avec les nôtres durant cette aventure.


Après Grand Canyon c'est au tour d'un autre classique du Grand Ouest que nous nous attaquons : Monument Valley. Ce parc est un lieu protégé dans la réserve Navajo et géré par les indiens. Dans cet endroit mythique on se croirait vraiment en plein western, mais malheureusement pour Cec point de Clinty à l'horizon. Image emblématique du Far West, ce décor aux teintes rouges nous plaît beaucoup avec ses mesas et ses buttes.


Nous n'adhérons pas toujours à la culture américaine (gouvernement, décisions mondiales, fast-foods à gogo, respect strict et maladif de la loi, manque général d'initiatives ou de réflexions personnelles,...) mais les paysages magiques de ces parcs naturels (et il y en a !) valent vraiment le coup d'oeil. Les américains y sont d'ailleurs fort attachés et en sont fiers.


On fait ensuite un crochet par le Navajo National Monument. Dans cette sauvage vallée on part faire une rando accompagnés d'une ranger du parc. Un peu comme si nos gardes forestiers nous emmenaient en balade. Sympa non ? En chemin cette indienne navajo nous raconte plein d'anecdotes très intéressantes, même si, malgré nos efforts, nous ne comprenons pas tout. Objectif de la balade : Batatakin, un ancien village indien bâti dans une cavité rocheuse. Très beau et très bien conservé. Cependant cela reste difficile d'imaginer la vie des habitants de l'époque.

Nous repartons en direction du nord pour rejoindre Page, une ville nouvelle (1957 !) située au bord du lac Powell. Cet énorme lac artificiel (3150 km de rivages, soit plus que toute la côte Ouest du pays, et 17 ans de remplissage) est le résultat de la construction du barrage de Glen Canyon. En fait sa rentabilité provient maintenant davantage du tourisme. En effet, le lac est devenu le grand terrain de jeu des amerloques. Ils débarquent par milliers en fin de semaine avec leurs énormes camping-cars qui tractent bateaux, hors-bords d'enfer ou encore scooters des mers.


Non loin de là nous visitons le magique Antelope Canyon. Large de 2 mètres et long de 200 c'est un véritable bijou sur Terre. Lorsque le soleil est à la verticale, la lumière qui pénètre à l'intérieur révèle toute la magie du site. Les parois étonnamment sculptées prennent d'extraordinaires teintes rouge-orangées dans un sublime ballet de jeu d'ombres et de lumières. Étant encore en territoire navajo, ce sont les indiens qui gèrent l'accès au site. L'appât du gain aidant, l'arnaque est à peine déguisée. Le passage par un tour guidé, pour votre sécurité bien sûr, est obligatoire et la découverte des lieux est loin de se faire à votre gré. Comparé aux National Parks, ce site est 3 à 6 fois plus cher alors que les installations et infrastructures sont inexistantes et que votre guide bienveillant est un gamin navajo de 18 ans qui n'y connaît pas grand chose. Un peu abusé mais on est bien obligé de s'y plier.

En quittant Page on pénètre rapidement le pays des mormons en passant la frontière de l'Utah. Affaire à suivre...

 

Contact : lesptitsvadrouillards@gmail.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site